Comment réduire les risques d’incontinence ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Selon une récente étude de Tena, 3 femmes sur 4 ont déjà été confrontées à un problème d’incontinence au cours de leur vie. Si ces fuites urinaires sont souvent mal vécues par les patients, il existe aujourd’hui des solutions médicales pour traiter ce problème. De plus, il est possible d’adopter un mode de vie qui permet de réduire considérablement les risques d’incontinence, chez la femme comme chez l’homme.

Surveiller son alimentation

Surveiller son alimentation et sa consommation de boissons peut limiter les risques d’incontinence. Il ne s’agit pas de réduire sa consommation de liquides car cela ne réglerait en rien le problème, mais bien de boire quand on a soif et tout au long de la journée. Répartir ainsi la prise de liquides permet de ne pas avoir la vessie trop pleine à certains moments de la journée. Il est également conseillé de limiter la prise de boissons irritantes et excitantes comme le café, le thé ou l’alcool. Concernant l’alimentation, il est toujours mieux de manger équilibré et surtout de ne pas être en surpoids. En effet, le surplus de graisses favorise la perte de tonicité musculaire et donc l’incontinence.

Adopter un mode de vie sain

En règle général, il est conseillé d’adopter un mode de vie sain. Manger équilibré et boire à satiété comme nous l’avons vu, mais également arrêter la consommation de tabac qui engendre des troubles de la continence. Faire de l’exercice physique est également un bon moyen de limiter les risques d’incontinence, à condition de savoir choisir son sport. Evitez toutes les activités qui demandent de porter des charges lourdes ou qui seraient un peu trop violentes. Au contraire privilégiez des sports d’endurance et plus reposants pour le corps comme le cyclisme ou la natation.

Ne pas se retenir, ne pas se forcer

Enfin, pour réduire les risques d’incontinence, il est nécessaire de ne pas vous forcer à aller aux toilettes mais également de ne pas vous retenir. Cela peut altérer la tonicité de vos muscles pelviens et ainsi avoir l’effet inverse de celui recherché. Au contraire, allez aux toilettes quand vous en sentez le besoin et surtout, prenez votre temps.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »